Présentation de Second Life par Payne Sciarri

Second Life est un univers virtuel atypique où le jeu de rôle prend toute sa dimension. Pas forcément accessible aux premiers abords et nécessitant de clarifier certains points, un membre de la communauté, en la personne de Payne Sciarri, va prendre la parole et nous introduire à l'univers de Second Life. 

C'est quoi Second Life ?

Pour beaucoup de gens, Second Life est ce « jeu bizarre et moche » qui apparaissait dans des reportages ambiance « Jean Luc, 36 ans, célibataire, deviens Crisbox56 le samedi soir sur Second Life.» Il est vrai que c'est un endroit présenté encore comme une sandbox vide, où les avatars ne ressemblent à rien et on s'y ennuie toute la journée dans des clubs de mauvais goûts. Second Life, c'est aussi les scandales de prostitutions virtuelles. Bref, ça ne donne pas envie d'y aller. Mais Second life, ce n'est pas que cela.

Pour toute une communauté de joueurs, c'est un espace pour le jeu de rôle. J'aimerai donc vous présenter cet endroit pour ce qu'il peut être et peut offrir, au-delà des screenshots de 2007 que personne ne s'est donné la peine de changer, avec ses avantages et ses défauts et avec je l'espère, honnêteté.

Présentation de Second Life par Payne Sciarri
Avatar féminin - Photo par Arica Storaro

Le jeu de rôle sur SL a déjà un cadre bien particulier. En effet, il n'y a pas de MJ en général. Chaque personne est libre d'y ouvrir sa « sim », c'est-à-dire son terrain. Selon les prix, vous pouvez obtenir un espace plus ou moins grand, qui peux accueillir un certain nombre de joueurs et contenir un certain nombre d'objets. Car la force de SL, c'est de pouvoir y ouvrir tous les univers que vous souhaitez. Chaque personne pouvant créer des accessoires, des tenues, des meubles, des arbres ou autres, vous pouvez ainsi rapidement obtenir n'importe quel décor et vous pouvez bien deviner que personnaliser son personnage devient alors facile, de la taille de vos cils, la couleur de vos ongles et même vos animations. La technologie s'améliore également depuis l'apparition du « Mesh » qui permet de créer des produits de plus en plus beaux et réalistes.

Vous pouvez donc aller visiter les magasins de milliers de créateurs ou vous rendre sur le « marketplace » (l'amazon des joueurs de Second life) pour trouver ce qui est nécessaire à votre épanouissement créatif, en échange de la monnaie locale, le linden dollar. Pour donner un ordre de grandeur, pour en gros 15 euros, vous obtenez 5000 Lindens et une coupe de cheveux coûte en général 250 Lindens. Vous voulez ouvrir un espace RP Star Wars ? On a des av' de Twi'lek, d'Ewok et des vaisseaux. Seigneur des anneaux ? Pareil. C'est donc là, la force du RP sur SL, le fait de pouvoir jouer absolument tous les univers sur le même jeu. Toutefois, trouver des vêtements et autres à "bas prix" ne sera pas facile, heureusement il y a des centaines de blogs de passionnés qui sont là pour vous aider à trouver des produits gratuits ou de bonnes affaires (Thebloggingelf, fabfree, freestuffformen).

Jouer à Second Life

Et comment on y accède ? Rien de plus simple, il suffit de créer son compte sur le site de Second Life, de se choisir un nom et d'installer le client. Il existe d'ailleurs plusieurs autres clients alternatifs tolérés par la compagnie qui possède Second Life, avec parfois de meilleures performances graphiques ou des petits trucs en plus. Tout cela est évidemment gratuit. Certaines personnes font parfois plusieurs comptes par personnages mais la grande majorité des joueurs ont un compte principal où ils jouent plusieurs personnages de genres et d'univers différents, parfois même un joueur ne va avoir qu'un personnage fétiche qu'il va jouer à toute les sauces en passant d'un univers à un autre.

Si vous ne pouvez pas avoir le nom de votre personnage favori, sachez que ce n'est pas un problème : auparavant sur SL, les joueurs choisissaient leurs pseudonymes et devaient ensuite sélectionner un « nom » dans une liste de plusieurs noms de familles, remise à jours régulièrement. Depuis trois ans, Second Life dispose de l'option résident : vous n'avez plus qu'un pseudonyme (ce qui est plutôt ennuyant d'ailleurs, car au lieu d'avoir un Carver Machin, vous vous retrouverez avec Carver0001). Mais une fois dans le « jeu » vous pourrez utiliser l'option Display Name, qui vous permet de changer de nom. Plutôt utile quand on passe d'un personnage à un autre. Le profil de chaque joueur, où l'on peut placer un grand nombre d'informations (photos de nos personnages, histoire de ces derniers ou encore nos « limites rp. » du genre « Non, vous ne pouvez pas tuer mon personnage » ou encore « merci de ne pas m'enfoncer de raton laveur dans le fondement ») permet d'ailleurs de garder une trace et de dévoiler un peu ou pas du tout, les histoires de ceux dont on incarne les rôles.

D3 Michigan - Photo par Shiruku
D3 Michigan - Photo par Shiruku

Il y a donc, au-delà des stéréotypes des vielles sandbox vides et assez immondes, des « SIMS » rp assez belles pour s'y épanouir et en tout cas, il est possible d'en créer. Mais comme vous pouvez l'imaginer, sous ce portrait idyllique, il y a aussi des désavantages. Faire du jeu de rôle sur SL est une expérience bien particulière qui risque de donner envie de s'arracher les cheveux aux plus spécialistes d'entre vous : comme expliqué plus haut déjà, ne comptez pas sur la présence de MJ. Sur sa sim, le propriétaire est roi, s'il veut prendre un univers préexistant et le tourner en ridicule, il en aura le droit et s'il veut vous foutre dehors, c'est pareil. Il n'y a pas toujours quelqu'un de volontaire pour tirer toutes les ficelles mais qui refuse de jouer pour autant, les modérateurs sont aussi des joueurs ce qui peux éventuellement créer des problèmes de métagamings. Certaines personnes lancent des sims mais n'ont pas le budget pour la faire tourner, devant ainsi accepter tout et n'importe quoi pour financer leurs terrains avec des donations. Et même si je n'aime pas tellement que l'on considère SL comme une boite d'escort', il est vrai que la sexualité y à sa place d'une façon ou d'une autre, les RP y ont souvent un côté très mâture (parfois trop selon les endroits.) même si certaines SIMS sont totalement asexués et dénués de violences.

Il est toutefois bon de préciser que le rôliste de Second Life à parfois un parcours curieux. Nombreux sont des gens, parfois récupérés dans des clubs ou autre, pour qui le jeu de rôle c'est se fringuer en chevalier, porter un hud de combat sommaire et se foutre dessus toute la journée pour gagner de l'xp et des niveaux, en accueillant dans un décor minable les joueurs qui débarquent par un « le bonsoir sire, je dois hélas AFK. ». Ces joueurs deviennent soit des pro' en un an, soit en resteront au même point des années durant sans avoir la moindre fichue idée qu'il existe d'autres lieux, mais vous trouverez également des structures aux allures très professionnels et au staff sérieux.

Les Monts brumeux - Photo par Emeline Laks
Les Monts brumeux - Photo par Emeline Laks

Concrètement, en venant sur SL et en jouant dans une communauté francophone, voilà sur quoi vous tomberez tôt ou tard : Des communautés diverses, pas toujours liées et qui jouent parfois des années sans même se rencontrer parce qu'ils sont dans leurs propres délires, en totale autarcie. Il y a des sims avec un certain sérieux où l'on n'utilise pas de meter de combat et on essaye de faire quelque chose de concret, de durable, même si on galère un peu.

Il y a aussi quelques sims avec des huds/systèmes de combats qui tentent de prouver qu'il est possible d'avoir une trame intéressante et de faire du RP de qualité malgré l'utilisation d'un système qui risque de pousser les gens à se bastonner quand même. Vous trouverez des rôlistes qui ne s'amuse que sur une sim Urbaine, d'autre qui ne peuvent s'épanouir qu'en médiéval fantastique et enfin, toute une communauté qui ne sort pas de Gor : un univers controversé, réservé à un public averti et basé sur une série de romans franchement médiocres rédigés depuis la fin des années 60. Une sorte d'univers de Sci-fi à l'esthétique antique, qui fonctionne énormément parce qu'on va tous y jouer au moins une fois, parce que tout le monde t'en parle quand tu arrives, en bien ou en mal et qu'on s'y fend quand même pas mal la poire de temps en temps. (Et aussi parce qu'il y a énormément de produits tournés autour de cet univers, mais il ne faut quand même pas déconner, si ce n'était pas la communauté la plus fournie, 98% des joueurs n'auraient jamais ouvert les livres.)

Payne Sciarri

Et moi dans tout cela ? Je me suis pointée début 2005, poussée par une bande d'amis à l'époque où on ne ressemblait franchement à rien et où il fallait en avoir, de l'imagination, pour se sentir crédible. J'ai finie par abandonner comme beaucoup parce que j'y tournais en rond et je suis revenue en 2007. Je ne suis jamais repartie et ce n'est pourtant pas l'envie qui manquait parfois. J'y ai tenu plusieurs groupes, toujours dans l'idée de faire la promotion du jeu de rôle d'une façon ou d'une autre et depuis 2011, je tiens un groupe qui tente de faire tenir au courant les rôlistes des nouvelles sims qui ouvrent, de ce qui ferme, des nouveaux magasins de fringues ou des recrutements. J'ai également un blog sur le sujet, qui n'est pas beau, pas très à jour mais que j'essaye de faire tourner quand même. J'ai aussi le projet de faire un podcast sur Second Life, quand j'aurai les compétences nécessaires pour faire quelque chose de pas trop raté.

Je fais partie de ces joueurs qui jouent principalement tout sur le même compte et qui n'aime qu'un style de personnage, les secondaires : la vieille politicienne casse-burne républicaine, l'Ewok, la magistrate inquisitrice - sorte de Torquemada affublée d'un vagin - ou encore la vieille sorcière au fond des bois, qui donnera la quête au héros mais ne participera pas à l'aventure. C'est ma seconde vie, et j'ai beau parfois me demander ce que je fais encore là, je fini toujours, inexorablement, par y retourner.

L'une des facettes de Payne Sciarri - Photo par Leela Galthie
L'une des facettes de Payne Sciarri - Photo par Leela Galthie

En espérant que mon petit monologue puisse donner envie à certain d'entre vous de tester SL voire pour d'autres, de nous donner une seconde chance pour cette « seconde vie ». Pour les intéressés souhaitant approfondir le sujet, vous pouvez consulter le fansite Second Life ou les forums dédiés sur JeuxOnLine.

Réactions (20)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Second Life ?

323 aiment, 101 pas.
Note moyenne : (443 évaluations | 20 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Second Life
(160 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

751 joliens y jouent, 1028 y ont joué.